Choisir sa direction

Pourquoi autant de passion autour du hors-stade ?

Discipline athlétique récente en France (son existence « officielle » ne date que du début des années 1980), le hors-stade, communément appelé course sur route, se développe partout et voit son nombre de pratiquants augmenter de jour en jour. Tout le monde est unanime pour reconnaître les bienfaits de cette pratique.

Pourtant, au sein même de la grande famille de l’athlétisme, cette nouvelle venue avait commencé par essuyer dédain, mépris, voire rejet de la part de certains « puristes ». Grâce à son succès grandissant, elle a cependant réussi à se faire une place au milieu d’autres disciplines considérées comme plus nobles. Malheureusement, elle fait toujours débat et suscite continuellement encore de nombreux griefs.
Pour essayer de comprendre les raisons de cette méfiance persistante, il serait utile de passer en revue les principaux reproches adressés au hors-stade et d’y apporter ensuite quelques éléments de réponse.

Premièrement, selon les détracteurs du hors-stade, « la course sur route ne serait pas de l’athlétisme » et détournerait les pistards du stade. Cet argument ne se justifie nullement. Ainsi, pour marquer des points FFA pour son club, il faut qu’un senior (moins de 40 ans) coure le 10 km en 38’01’’ ou moins, le semi en 1h21’ ou moins, et le marathon en 2h59’ ou moins. Ensuite, pour se qualifier aux championnats de France sur ces trois distances, ce même senior devra courir en 34’ ou moins, 1h15’ ou moins et en 2h45’ ou moins! Ne peut-on pas considérer ces chronos comme des performances authentiquement athlétiques? Certains des contradicteurs du hors-stade ne les ont certainement jamais réalisées dans leur carrière!

Quant à dire que les pistards à partir du demi-fond sont détournés du stade par la route, c’est leur faire bien peu confiance. Ceux-ci, selon moi, sont parfaitement à même de privilégier les objectifs importants sur piste et de s’aligner seulement de temps en temps au départ d’une course sur route conviviale dans le cadre de leur préparation. D’ailleurs, ce sont souvent les mêmes qui gagnent sur les deux terrains. Ainsi, la route ne « tue » pas la piste, mais peut même la compléter efficacement.

D’autres esprits chagrins pensent aussi que le hors-stade échappe à la fédération et ne lui rapporte rien. Comment peut-on « oublier » aussi facilement que beaucoup de coureurs sur route sont licenciés FFA ou détenteurs du pass-running, et que le hors-stade a rapporté à la France ces dernières années de nombreuses médailles internationales sur les 100 km, 24 heures et courses de montagne? Si l’on enlevait tous les « runners », combien de licenciés resterait-il à la Fédération?

Un autre reproche des adversaires du hors-stade est qu’il est difficile à gérer et à contrôler. A mon sens, le hors-stade ne fait pas bande à part. Il ne demande ni plus ni moins qu’à s’intégrer, à avoir sa juste place au sein de la Fédération. A ce titre, avez-vous remarqué que jamais le hors-stade ne critique les autres disciplines de l’athlétisme traditionnel? Jamais nous ne dirons que la carrière moyenne d’un sprinter s’achève à 35 ans alors qu’à cet âge, le demi-fondeur, hors-stade ou non, a encore de belles années devant lui! Pourquoi le hors-stade ne bénéficie-t-il pas du même respect? Qu’a-t-il donc fait pour être traité aussi injustement?

L'athlétisme en stade

L'athlétisme, c'est la discipline olympique par excellence, celle qui revient tout les quatre ans sous les feux de l'actualité. C'est aussi la discipline sportive de base qui englobe les gestes fondamentaux de l'humanité, courir, sauter et lancer et qui devrait être à la base de toute formation sportive.

L'athlétisme de compétition s'adresse à tout le monde car chacun et chacune peut trouver à travers la multiplicité des épreuves proposées celle qui conviendra à ses qualités et à ses attentes.

Les "explosifs(ives)" s'orienteront plutôt vers le sprint, sur des distances de 50 à 400m.

Les plus résistant(e)s se tourneront vers les courses de demi-fond, dont les distances vont du 800m au 10.000m, ou vers la marche athlétique sur des distances de 3.000 à 10.000m.

Les sauts, en hauteur, en longueur, à la perche, le triple-saut, permettront à tous ceux et celles doté(e)s d'une bonne détente de s'exprimer.

Les "costaud(e)s" s'orienteront vers les lancers du poids, du disque, du marteau ou du javelot.

Les plus agiles trouveront dans les courses de haies ou au saut à la perche de quoi exprimer leurs qualités.

Mais, même parmi les adeptes d'une même épreuve, on rencontre fréquemment des types morphologiques très différents.

En sprint, l'italien Petro Mennea toujours détenteur du record d'Europe du 200m (19s72 en 1979), avec ses 69 kgs pour 1m77 paraîtrait bien fluet à côté des 1m93 du grand Usain Bolt.

Sur les plus longues distances du demi-fond l'éthiopien Haïlé Gebresélassié, double champion olympique de la distance en 1996 et 2000, ne mesurait que 1m64 et pesait 56 kgs. Quelle différence avec les 1m83 et 74 kg de l'australien Ron Clarke, recordman du monde sur 5.000m et 10.000m en 1965.

A la perche, notre "petit" Renaud Lavillenie avec ses 1m77 pour 69 kgs ne craint pas de s'attaquer, dès qu'il en a l'occasion, au record mythique du "tsar" Serguey Bubka, 80 kgs pour 1m83.

Même au saut en hauteur, typiquement affaire de grands, le suédois Stefan Holm, alors qu'il ne mesurait "que" 1m81, a sauté 2m40, soit 59 cm au dessus de sa taille.

Quelle que soit sa morphologie, ses aptitudes, chacun et chacune est donc assuré(e) de trouver la discipline qui lui conviendra, dans la vaste palette de celles qui constituent l'athlétisme sur piste, ou plus exactement en stade, car seules les épreuves de courses se déroulent sur la piste proprement dite.

Mieux encore, la vaste gamme des courses hors-stade s'offre encore à ceux et celles qui voudraient s'aventurer en dehors de l'enceinte.

Au fait, saviez-vous que le mot "stade" désignait dans l'Antiquité grecque une unité de mesure d'un peu moins de 200m, qui était la longueur de l'enceinte dans laquelle se déroulaient les épreuves athlétiques ?

Courir, sauter, lancer
ce site a été créé sur www.quomodo.com