Juin 2016

championnats départementaux : anaïs frappe fort !

La première journée des Championnats du Rhône et de la Métropole de Lyon au stade du Rhône a certes été marquée par les 51"23 de la sociétaire de l'ESL Flora Guei sur 400m, mais aussi par la performance d'Anaïs Lufutucu sur 400m haies. Anaïs a bouclé son tour de piste avec obstacles dans l'excellent temps de 58"42. Ce chrono la positionne au 3e rang du classement français derrière Phara Anarchassis et Maeva Contion et juste devant une certaine...Farah Clerc. Après avoir remporté le 400m du meeting de Bron dans le temps moyen pour elle de 54"95 ("je n'avais pas de jambes") elle a sacrément bien rectifié le tir samedi. Quasiment débutante sur la distance (une petite demi-douzaine de courses seulement depuis un an) sa marge de progression est importante, vu sa vitesse de base.

Bénévole pour la première fois

Nous sommes samedi après-midi au début du mois de juin. Comme depuis bientôt un an à raison de deux fois par semaine pour suivre mes entraînements auprès de Saïd qui m'a tant appris et continue encore à me surprendre, j'ai pris mon vélo pour me rendre au stade Marie-Thérèse Eyquem, ( inspectrice Nationale de la jeunesse et des sports puis secrétaire Nationale du partie socialiste faite chevalier de la légion d'honneur). Le club organise un concours de lancers et j'ai accepté l'invitation de notre président pour venir aider l'équipe des bénévoles qui s'occupent de l'organisation de cet événement.


Ce sera la première fois que j'assisterai à une rencontre d'athlétisme, mais je suis serein car je n'ai fait que de belles rencontres depuis que je suis dans le club de l’ASVEL, section CAMNV.


Lorsque j'arrive, tout est installé et la sonorisation diffuse une musique moderne et rythmée juste au niveau suffisant pour ne pas nous assourdir et accompagner agréablement les commentaires du speaker. C'est Lionel, le président de la section CAMNV  qui s'en chargera tout l'après-midi.


On m'offre une casquette et un maillot technique et me voici pleinement incorporé dans l'équipe des organisateurs. A un moment, on me demande d'aider à mesurer le lancer de poids hommes et tout se passe de façon naturelle. Une collègue tend le mètre après chaque lancer et je bloque la mesure au niveau de l'intérieur de l'anneau de la zone circulaire entre mon pouce et mon index afin de pouvoir répéter la mesure au cas où l'on me la demanderait plusieurs fois. Ce fut très agréable de bénéficier de la confiance des membres du jury qui m'ont confié une tâche aussi importante.


A la fin de l'épreuve, quelques athlètes viennent nous remercier et je leur serre la main avec un très grand plaisir.


Tous les athlètes sont souriants et les épreuves se déroulent ainsi sans accrochage technique ou verbal, dans un parfait respect mutuel et en suivant le très beau planning couleur qui a été affiché un peu partout sur le stade pour l'occasion. Pas de blessure non plus à signaler ni de casse matérielle et lorsque tous les concurrents sont partis, nous écoutons le discours du président de l'ASVEL- Athlétisme un verre de champagne à la main. Puis le gardien du stade prend plusieurs photos du groupe des bénévoles, toutes ces personnes très dévouées et en superbe forme physique. J'aspire moi aussi à rester comme eux le plus longtemps possible.


Le club m'a donc appris les belles valeurs que sont l'effort, le partage, l'écoute, la tolérance et surtout la gentillesse. Cela a été agréable de pouvoir donner un peu de mon temps et d’aider lors de cette manifestation. Ce meeting m'a fait aussi prendre un peu plus conscience du rôle des membres du Bureau et du Comité Directeur dans l'organisation de l'Entente de l’ASVEL-Athlétisme. Je vais désormais visiter notre site plus souvent et prendre avec plaisir connaissance des performances de mes collègues à la rubrique des résultats et à admirer les excellentes photographies de Christian Guenneau.


Bonne continuation à toutes et à tous.


Christophe Accary

Une athlète de l’Asvel-Athlétisme qualifiée pour la deuxième fois aux Jeux Olympiques !

Après sa 18ème place à Londres en 2012, la jeune triathlète Emmie Charayron, licenciée en Athlétisme à l’ASVEL, vient de se qualifier brillamment pour Rio où elle sera la seule représentante française dans cette discipline exigeante comportant trois épreuves successives : natation, vélo et course à pied. Cette deuxième qualification remarquable mérite d’être mise en valeur.


De nature discrète et très avenante, Emmie est cependant dotée d’un mental d’acier, d’une volonté sans borne et d’une vive intelligence tactique.


Repérée dès son plus jeune âge pour ses qualités de coureuse par notre président d’honneur Firmin Paul, Emmie est toujours restée fidèle à notre club. Malgré ses études puis son travail, sans compter ses entraînements dans les trois sports très difficiles et chronophages, elle s’est souvent arrangée pour venir participer à quelques cross «pour aider le club et revoir ses amis».


Une fois, aux Myriades, elle a contribué à la victoire et a gagné la prime avec ses copines. Mais elle a préféré laisser sa part à la moins bien classée de son équipe car « elle a plus besoin d’être encouragée que moi ! »

Elle a également brillé aux Foulées de Villeurbanne. En mars 2014, elle y est venue pour battre son record sur 10 km et a remporté l’épreuve en 35’02’’. Les spécialistes apprécieront cette performance! Mais, déçue de ne pas avoir pu améliorer son record, et munie de sa montre GPS, elle est venue me montrer, preuve à l’appui, que la distance réelle de la course était de 10 km 150 m. En effet, le parcours comprenait un dernier virage à gauche et une ligne droite avant l’arrivée qui rajoutaient cette petite distance qui l’avait empêchée de réaliser son objectif !

Ces petites anecdotes démontrent sa gentillesse, sa fidélité mais aussi son souci de perfection et son niveau d’exigence vis-à-vis d’elle-même.


Ses qualités de championne sont tout aussi évidentes dans le choix, l’orientation et la conduite de ses longues préparations très pointues nécessitant une organisation d’une grande rigueur.

Ainsi, malgré son palmarès qui donne déjà le vertige – toujours sur le podium national et européen de toutes les catégories depuis 2008 avec plusieurs titres et surtout sa 18ème place aux J.O. de Londres en 2012- Emmie s’est donné encore les moyens nécessaires pour réussir la suite de sa carrière. Après avoir été formée, entraînée et portée au plus haut niveau par son papa Philippe, elle a quitté Messimy, sa banlieue lyonnaise pour Gigean, dans l’Hérault, afin de s’entraîner avec le groupe de Laurent Vidal.


Elle passe donc l’été en Europe et s’envole, l’hiver venu, vers la Nouvelle Zélande où elle trouve les meilleures conditions d’entraînement et de compétitions. Cet exil l’empêche, à son grand regret, de participer, en France, à certains cross et aux foulées de Villeurbanne sous les couleurs de l’Asvel- Athlétisme, le club qui l’a formée et qui restera toujours cher à son cœur.

Dans ses S.M.S. et courriels, Emmie me confie : «Je ne vous oublie pas et ferai toujours tout pour rendre service au club dans la mesure du possible, mais je voudrais progresser encore, et cela passe par le sacrifice de l’éloignement».


La fin de sa préparation hivernale 2015-2016 lui a donné entièrement raison puisque, après sa 6ème place à Gold Coast, sa 11ème place à New-Plymouth, Emmie a obtenu sa sélection à Cagliari le 08 mai 2016 pour les Jeux Olympiques de Rio où elle sera la seule représentante française dans cette discipline (c’est dire le degré d’exigence de performances). Elle vise le top 8, «ce qui est très difficile car le niveau s’est amélioré et densifié».

En août, au pays du football roi, de la samba et des cariocas, vêtue du maillot tricolore, la gracile athlète, constamment souriante, mais oh combien volontaire, donnera, n’en doutons pas, le meilleur d’elle-même en l’honneur de sa famille, de son entraîneur, hélas décédé depuis, pour porter le plus haut possible les couleurs de la France. L’ASVEL, son club d’athlétisme de cœur, sera parmi ses plus fervents supporters.


Trieu NGO

Président de l’ASVEL Athlétisme


elles sont incroyables !!!

Décidément il va nous falloir inventer de nouveaux superlatifs pour qualifier les filles de l'ASVEL Athlétisme.
Il y avait eu en octobre 2013 à Saint-Etienne le doublé historique sur 4x100m et 4x400m à la Coupe de France et les Championnats de France Espoirs et Nationaux en salle à Nantes en mars 2014 avec 6 médailles, dont 2 en or, pour nos 5 filles qualifiées.
Il faudra désormais y rajouter les Championnats de France Élite 2016 à Angers. Avec 3 filles qualifiées, Anaïs Lufutucu sur 400m haies, Khoudjédiata N'Diaye sur 200m et Arétha Touam au triple-saut nous espérions bien sûr de bons résultats. Ceux-ci ont été au delà de toutes nos espérances.
Pour sa première année sur la distance, Anaïs pulvérise en finale du 400m haies son record personnel en 57"66 et s'offre la médaille de bronze. Un pari de reconversion réussi de son entraîneur Bernard Lefebvre à la fin de sa saison 2015.
Quelques instants plus tard, c'était au tour d'Arétha, libérée après le passage de son CAPEPS, de s'offrir une place de finaliste au triple-saut en améliorant également son record personnel et en atteignant pour la première fois de sa carrière par deux fois la barre des 13m00.
Khoudjé aurait bien voulu imiter ses deux copines en séries du 200m. Malheureusement elle échouera d'un souffle en raison d'un mauvais départ. Avec un chrono de 24"19 il ne lui aura manqué que 2 centièmes de seconde pour entrer à son tour en finale du 200m.
Trois qualifiées, deux finalistes, une médaille, on pourra dire à nouveau que les filles de l'ASVEL Athlétisme ne se déplacent jamais pour rien. Et l'ouest de la France leur réussit bien puisqu'il y a quelques mois, à Rennes, c'était Sophie Le Béhérec qui montait sur la troisième marche des Championnats de France de marathon.
L'ASVEL Athlétisme a du faire face ces deux dernières années aux départs d'un certain nombre de ses meilleurs éléments. En toute logique, le recul paraissait inévitable. Mais ne dit-on pas que les grandes équipes ne meurent jamais. Après le record de points aux Championnats Interclubs en mai, ces Championnats de France Élite, viennent de confirmer que décidément, l'ASVEL Athlétisme est bien une grande équipe.
ASVEL Athlétisme, 10.07.16, 11:28

challenge montagne

Cette saison ce sont Gwenaël Morichaud et Leina Hosni qui ont repris de la flambeau de la tradition Asvélienne de briller dans les courses de montagne. Et ceci avec une belle réussite puisque après les 4 premières épreuves du Challenge National des courses de montagne, Gwenaël occupe la 7e place du classement général masculin et Leina la 4e place du classement féminin. Nous leur transmettons toutes nos félicitations et nos encouragements pour la suite de leur saison.
création de site internet avec : www.quomodo.com