Coupe de France

Coupe de France les 12 et 13 octobre à Saint-Etienne


A Saint-Etienne, qui c'est les plus fortes, évidemment c'est les vertes
(de l'ASVEL) !!

Samedi 12 et dimanche 13 octobre se déroulaient à Saint-Etienne les grandes compétitions de la fin de saison sur piste, la Coupe de France des spécialités et les Championnats Nationaux de relais.
L'ASVEL présentait 4 équipes féminines sur le 4x100m, le 4x400m, le triple-saut et la longueur.
Samedi il faisait un temps à ne pas mettre une sprinteuse dehors, pluie, vent, et froid. Il en fallait plus pour décourager nos filles qui étaient venues avec pour objectif le titre national du 4x100m.
Sélectionnées pour les championnats de France Elite au mois de juillet elles n'avaient pas pu défendre leurs chances, Anaïs étant retenue par les Championnats du Monde Espoirs en Finlande. L'heure de la revanche avait sonné !
Farah, Marina, Anaïs et Khoudjé commençaient par signer en début d'après-midi le meilleur temps des séries en 48"47. Elles pouvaient attendre avec confiance la finale prévue à 18h. C'aurait été trop simple car elles s'étaient mises en tête de réussir un défi inédit, le doublé 4x100m et 4x400m.
3/4 d'heure après leur série du 4x100m, elles se remettaient donc en piste pour les séries du 4x400m avec une équipe quasi identique à l'exception de. Marina qui cédait sa place à Arétha.
A nouveau, elles signaient le meilleur temps des séries, en s'économisant, avec un chrono sous les 4'.
En fin d'après-midi, dans le froid et sous la pluie elles étaient au départ de la finale du 4x100m qu'elles allaient dominer de toute une classe avec un chrono de 47"71, à 12 centièmes de leur meilleur chrono de 47"59 réalisé cet été. Une sacrée performance dans te lelles conditions !




Le dimanche, les conditions atmosphériques étaient redevenues correctes sur Saint-Etienne et le soleil faisait même quelques apparitions pour saluer les "Olympiques" venus prêter main-forte à leur club. Renaud et Valentin Lavillenie à la perche, Mélina Robert-Michon au disque et Quentin Bigot au marteau se confrontaient aux athlètes des autres clubs venus de toute la France.
A la longueur, Arétha, Marina, la junior Mélody Kingslove et la cadette Pauline Bouillot se classaient finalement à une fort honorable 6e place.
Mais toutes les pensées étaient tournées vers le relais 4x400m première finale de l'après-midi. Les "vertes" allaient-elles réussir leur fantastique pari, remporter les deux relais les plus prestigieux, puisque disciplines olympiques ?
Le relais de Livry-Gargan Athlétisme était désigné comme le concurrent le plus dangereux, comptant dans ses rangs notamment deux des toutes meilleurs coureuses de 800m françaises.
Comme d'habitude Anaïs lançait parfaitement le relais, transmettant à Arétha avec une dizaine de mètres d'avance sur Livry-Gargan. Arétha était confrontée à leur meilleure relayeuse. Son rôle était de résister et de transmettre à Khoudjé avec le moins de retard possible. Rattrapée à l'entrée de la ligne droite, elle résistait parfaitement et transmettait le bâton avec quelques mètres de retard  seulement. Il ne fallait que quelques foulées à Khoudjé pour "manger" son adversaire et creuser un trou conséquent avant de transmettre à Farah. Dès lors, sauf accident, plus personne ne pouvait venir nous inquiéter. Farah franchissait la ligne avec plus de trois secondes d'avance sur sa concurrente. En 3'51"00 elles pulvérisaient le record du club, déjà amélioré à deux reprises en mai dernier lors des Interclubs, de plus de 4 secondes, établissant une des 10 meilleures performances françaises de l'année.





Ce fut un grand moment que la remise des récompenses, chaudement félicitées sur le podium par Serge Debie, le coach de Mélina Robert-Michon, et Jean-Jacques Behm le "pape" du 400m haies. Elles clôturaient ainsi en beauté une saison particulièrement riche, avec entre autres 1 titre de championnes de France, 3 titres nationaux, 5 qualifications aux championnats de France Elite, dont une finaliste et une sélection en équipe de France Espoirs.

Il faut bien sûr associer à ces succès leurs coaches, Bernard Lefebvre; Thomas Verro et Julien Langlet dont le talent et le dévouement sont ainsi reconnus et récompensés.
Il faut souligner que sur les 10 filles engagées ce week-end, 7 ont été formées au club depuis leurs premiers pas sur une piste. L'ASVEL Athlétisme confirme donc qu'il est bien un club  formateur, mais également sa capacité à amener ses athlètes de l'école d'athlétisme jusqu'au plus haut niveau.



Vous pouvez réagir ici

ce site a été créé sur www.quomodo.com